Mais qu’est-ce qui fait les grands clubs?

Alors que Manchester City et PSG, deux grosses cylindrés viennent de se faire éliminer en huitième de finale de la Champions League on réalise que ces deux équipes avec de très gros budget ne sont pas vraiment perçus comme de grands clubs. Dès lors on peut se demander ce qui fait un « grand club », qu’est-ce qui le caractérise? Stéphane Henchoz, l’ex-international suisse qui a joué pendant plus de 10 ans en Angleterre dont 5 à Liverpool, propose quelques éléments de réponses dans sa rubrique dans le journal Le Temps ( »Ce ne sont pas les grands joueurs, mais les petits détails, qui font les grands clubs« ). Pour lui ce qui fait les grands clubs c’est l’histoire (pourtant il faut bien commencer à un moment donné à la construire cette histoire n’est-ce pas?), des supporteurs (et la pression inhérente) et un palmarès en Champions League…. Point de vue intéressant à lire:

Ce ne sont pas les grands joueurs, mais les petits détails, qui font les grands clubs
L’écroulement du PSG contre Barcelone a montré que le club parisien n’avait pas encore accédé au rang de «grand club». Mais cela signifie quoi, au juste?

 
Champions League

Quarts de finale de coupe

winterthurWinterthour a réalisé l’exploit en quart de finale de la Coupe de Suisse. L’avant-dernier de Challenge League s’est imposé à Berne contre les Young Boys (2-2 ap, 5-3 tab). Menant 2-0 à la pause après des réussites de Hoarau (8e) et Bertone (39e), les Bernois semblaient partis pour une qualification sans histoire. Mais en moins de cinq minutes, Winterthour revenait à égalité grâce à des buts de Silvio (61e) et Sutter (65e). Dans la séance décisive, les cinq tireurs de Winterthour ont marqué. Pour YB, Ravet a échoué face au gardien et précipité le nouvel échec des siens.
Mercredi soir, Lucerne s’est également qualifié en allant s’imposer 3-5 à Aarau.

Le FC Sion s’est qualifié pour les demi-finales de la Coupe de Suisse en dominant Kriens 5-1. Les Sédunois ont fait la différence en deuxième mi-temps grâce notamment à Moussa Konaté, auteur d’un triplé. Mais pendant plus d’une heure, Christian Constantin a pu redouter que son équipe se prenne les pieds dans le tapis face au leader de la Promotion League. Le manque de tranchant des siens en début de match et l’ouverture du score des Lucernois à la 31e sur un but « inventé » par le malheureux Anton Mitryushkin pouvaient, en effet, laisser présager le pire. Une égalisation rapide sur un long coup franc de Bia juste avant la pause a remis les sédunois sur le bon chemin puisqu’en 2ème mi-temps Moussa Konaté a signé un hat-trick. A la faveur de cette victoire le FC Sion n’est plus qu’à une marche d’une quatorzième finale en Coupe de Suisse.

Le tirage au sort des demis-finales aura lieu à la fin du match Bâle-Zürich qui se déroule en ce moment même. Ce tirage permettra donc de connaître le futur adversaire du FC Sion qui n’est plus qu’à une marche d’une quatorzième finale en Coupe de Suisse. Profitez de nombreuses offres promotionnelles pour valoriser vos talents de pronostiqueurs et misez sur une quatorzième victoire du club valaisan?

 
Coupe | Suisse
Commentaire fermé

Les différentes pistes envisagées au PSG pour le mercato hivernal

Paris SG

Le monde du football est rythmé par deux périodes particulièrement intenses, car les mercatos sont toujours une source d’angoisse pour les dirigeants et les spectateurs qui ont peur de perdre leur star préférée. Dans tous les cas, le PSG semble remanier son équipe, plusieurs pistes sont envisagées notamment pour la défense et l’attaque. Présentation de l’actualité mercato de l’équipe Parisienne

Lucas Alario apporterait de la force à l’attaque parisienne

Le mercato hivernal n’a pas encore commencé, mais les esprits s’échauffent. Il suffit de regarder avec attention l’actualité footballistique pour constater une nette effervescence autour du Paris-Saint-Germain, car plusieurs joueurs semblent être sur la sellette. Pour 2017, ils pourraient soit retrouver des collègues dans un club différent, soit rejoindre le banc de touche afin de privilégier d’autres stars du ballon rond. Ce début de saison fut d’ailleurs au cœur d’une prise de conscience très importante, les dirigeants estiment qu’ils ne peuvent pas se focaliser uniquement sur Edinson Cavani, l’attaque a besoin d’une véritable puissance offensive.

Lire la suite de cet article…

 
France | Mercato
Commentaire fermé

Rooney de retour à Everton?

Titulaire indiscutable et capitaine emblématique en début de saison, l’attaquant de 31 ans a perdu sa place dans le onze de départ. Mais à défaut d’apparaître dans les compositions de José Mourinho, l’international anglais, également critiqué en sélection, a sa place dans la rubrique mercato des journaux locaux. Lorsqu’il n’est pas envoyé au Paris Saint-Germain ou à l’Inter Milan, Rooney est associé à Everton, le club de ses débuts où son ancien coéquipier Leon Osman croit à son retour.

Pour rappel Rooney signait à Everton peu avant son onzième anniversaire. Il s’en est suivit une reconnaissance nationale le 19 octobre 2002 lorsqu’il devient le plus jeune buteur de l’histoire de la Premier League à 16 ans et 360 jours à l’occasion d’un match contre le club d’Arsenal. À la fin de l’année 2002, il reçoit le BBC Sports Young Personality of the Year, récompense attribuée au sportif de moins de 17 ans ayant apporté la plus grande contribution au sport pendant l’année. À la suite des bonnes performances de son joueur lors de l’Euro 2004, le club d’Everton clame qu’il ne met pas fin au contrat de son joueur pour moins de 50 000 000 £. Everton se dépêche aussi de faire signer un nouveau contrat à Rooney pour £12 000 par semaine pendant trois ans. Mais les espoirs d’Everton sont réduits à néant par le refus de l’agent de Wayne Rooney, laissant Newcastle United et Manchester United se disputer la signature. Alors Rooney… vous pariez sur un retour à Everton? ou bien vous préférez obtenir plus au Casino en ligne Francais? Faites vos jeux!

 
Angleterre | Mercato
Commentaire fermé

Ce qui a manqué à l’équipe de France pour remporter l’Euro

(CC BY 2.0) by  Ben SutherlandPhoto: (CC BY 2.0) by  Ben Sutherland. L’équipe de France a trébuché sur la dernière marche lors de l’Euro 2016. Pourquoi cette équipe qui semblait pourtant monter en puissance et qui était la meilleure attaque du tournoi n’a-t- elle pas réussi à s’imposer face à un Portugal bien moins spectaculaire ?
Les commentateurs n’ont eu de cesse de comparer ces Bleus-là avec leurs ancêtres vainqueurs en 1984 et 2000, mais y avait-il vraiment matière à comparer ?
Selon moi, cette génération n’est pas comparable aux deux précédentes.

Pas de leader
La sélection de Didier Deschamps n’avait pas un leader bien défini. C’était plus un collectif, mais il était impossible de déterminer quel joueur se distinguait le plus des autres. Un fois, c’était Payet qui délivrait la France, une autre Griezmann et une troisième le salut arrivait par Giroud. En 84, Hidalgo (sélectionneur) disposait de Michel Platini, l’un des meilleurs joueurs de l’histoire du football moderne. C^’était l’homme qui pouvait débloquer une situation à tout moment. Ce n’est pas pour rien qu’il est le buteur historique de la Coupe d’Europe des nations avec 9 réalisations lors du tournoi (Ronaldo en a mis 9 aussi, mais en trois participations!).
C’était donc une équipe sublimée par les qualités de leadership de son numéro 10 et qui avait su effacer le traumatisme subi lors de la demie-finale de la coupe du monde 1982 pour aller chercher la victoire en 1984. En 2000, nous avons vécu une situation similaire avec un autre numéro 10 magique: Zinédine Zidane. Galvanisé par une Coupe du Monde remportée en 1998 à domicile, les Bleus servis par un capitaine au top de sa forme avaient remporté le trophée. Là encore, la présence d’un homme orchestre distribuant les ballons avec précision a fait la différence.

Lire la suite de cet article…

 
Euro 2016

Il y a 30 ans, le Steaua Bucarest remportait la Coupe d’Europe des Clubs champions

Un peu d’auto-promo! Nous fêtons aujourd’hui le 30e anniversaire de la victoire du grand Steaua Bucarest en Coupe d’Europe des Clubs champions. Pour fêter ce bel anniversaire, j’ai concocté aux plus nostalgiques d’entre vous une série d’articles revenant sur cette équipe, ses aventures et toutes les petites choses qu’il faut savoir sur son sacre. Une série publiée chez les amis de Footballski sous la forme d’une semaine spéciale, à découvrir d’urgence!

Bannière-Steaua-Remy

- Les 30 ans d’un incroyable sacre européen. Avec un retour sur le parcours du Steaua dans cette Coupe d’Europe 1985-86.
- La naissance d’une équipe de légende. Un retour sur la création de cet effectif de rêve, du début des années 80 à l’aube de la saison 1985-86. Un article en deux parties.
- On a discuté avec Emerich Ienei. Un joyau d’interview avec l’entraîneur de la grande équipe. Un document trop rare.
- Valentin Ceauşescu, l’homme de l’ombre. Loin des clichés, un décryptage du rôle officieux mais ô combien important du fils aîné du dictateur.
- L’histoire étonnante des supporters présents à Séville. Alors que le régime communiste est entré dans une période de répression sans précédent, des Roumains ont pu passer à l’Ouest pour supporter leur équipe à Séville. Découvrez les dessous d’un voyage hors du commun.

 
Champions League | Histoire | Roumanie

CL: Match aller des 8èmes

champions_league

16 février 2016

PSG 2-1 Chelsea
Benfica 1-0 Zenit

17 février 2016

Gent 2-3 Wolfsburg
Roma 0-2 Real Madrid

23 février 2016

Arsemal - Barcelona
Juventus - Bayern

24 février 2016

PSV - Atlético
Dynamo Kiev - Manchester City

 
Champions League

Roumanie: Les Pandurii proches de la failllite

Les mois passent et les difficultés continuent pour les clubs roumains. Dans le chaos qui sévit actuellement dans le monde footballistique local, les clubs disparaissent les uns après les autres, faute de moyens financiers. Des faillites qui se succèdent à grand train, surtout dans les échelons inférieurs, mais n’épargnent pas le monde professionnel. Comme le prouve le coup qu’ont pris les Pandurii Târgu-Jiu dans la journée d’hier, et qui pourrait bien provoquer la fin d’une belle histoire.

Pandurii 2015-16 - Photo panduriics.ro Lire la suite de cet article…

 
Roumanie
Commentaire fermé

Ce génie de Ricardinho

La Serbie accueille en ce moment l’Euro de futsal. La compétition, disputée à Belgrade, est terminée pour le Portugal. Battue 6-2 par l’Espagne. Pourtant la formation lusitanienne a néanmoins marqué les esprits notamment grâce aux prouesses techniques d’un joueur baptisé Ricardinho. Je vous laisse apprécier:

Lire la suite de cet article…

 
Autres foot | Geste de ouf

Les dessous du transfert de Pantilimon à Watford

Arrivé à Sunderland à l’été 2014, le gardien roumain Costel Pantilimon s’est imposé en une année comme l’un des tous meilleurs gardiens de Premier League. Passé du statut de doublure de Joe Hart à Manchester City, un statut qui faisait d’ailleurs débat au sein des supporters des Blues, à héros des Black Cats dès sa première saison à Sunderland, Pantilimon vient d’être poussé vers la sortie par son manager Sam Allardyce. Avec au final un transfert étonnant à Watford pour la modique somme de 600 000 euros, quand sa cote dépasse les cinq millions d’euros! Une bonne affaire pour les Hornets, qui disposent pourtant avec Heurelho Gomes (ex-Tottenham) et Giedrius Arlauskis (ex-Steaua Bucarest) de deux gardiens internationaux. Le faible montant de ce transfert interpelle, surtout quand il s’agit du meilleur joueur de Sunderland.

Pantilimon Watford
Lire la suite de cet article…

 
Angleterre | Ces petites choses...

Afrique : Pierre-Emerick Aubameyang élu joueur de l’année

Le premier but de 2016!

Bientôt le tirage

Le geste de ouf de Neymar

Roumanie 15-16: etapa 16

Lituanie: le Zalgiris Vilnius champion d’une A Lyga décimée

Commentaires fermés

Euro 2016: Barrages

L’avenir très incertain des clubs relégués en L2 roumaine

Les Buffalos de La Gantoise

Ligue 1 2015-16: 5e journée