Quand chacun est ? sa place…

La victoire de l’?quipe de France face ? la Hongrie, sur le score de 2 ? 1, a permis de tester des combinaisons ? rententer, et un syst?me en 4-3-2-1 plein de promesses, si appliqu? avec des joueurs ? 100 % de leurs moyens. En effet entre festoiements (les lyonnais, Ciss?, Giuly) et retour de blessure (Ciss?, Rothen), une baisse de r?gime ?tait pr?visible en fin de partie.

Coupet a ?t? relativement tranquille dans le jeu, mais ne semble pas au niveau moral. Il a pris un but sur lequel il ne peut rien, et a rel?ch? un ballon a?rien. Il se met la pression pour arriver ? la perfection. L? o? Barth?s mise sur le rel?chement.

Le c?t? gauche, squatt? par des gauchers, a ?t? hyperactif durant une bonne heure de jeu, sous l’impulsion de trois morts de faim, Abidal, Malouda et Rothen. Ils ont tout ? prouver et c’est avec cet ?tat d’esprit qu’il faudra aller chercher des victoires en d?placement ? la rentr?e. Abidal vient peut-?tre de s’installer en lat?ral sur ce c?t?.

La charni?re centrale a ?t? assez tranquille. Boumsong a eu un peu plus d’influence que Gallas sur le jeu, ce dernier jouant plus en couverture. La charni?re a eu le m?rite de d?gager de l’assurance m?me lors de la baisse de r?gime en deuxi?me mi-temps. Leur marquage sur le but hongrois ?tait assez flottant, mais ils ?taient en phase de replacement sur la perte de balle de Mavuba, Pedretti l’ayant servi en position d?favorable. Le jeune bordelais n’avait pas besoin de cet anti-caviar, lui qui, sous l’impulsion de s?lectionneur, cherchait ? reprendre la confiance perdue contre l’Irlande, et ce dans des conditions moins difficiles. Mais il est encore tendre pour le tr?s haut niveau.

Le c?t? droit a ?t? plus quelconque, R?veill?re ?tant un peu plus en dedans, peut-?tre inhib? par un enjeu personnel pour lequel il s?est mis la pression: une place de titulaire. Il doit jouer plus juste et muscler encore un peu ses interventions d?fensives. On attend le d?clic.

Les milieux d?fensifs se sont beaucoup port? vers l’avant, et le m?me syst?me avec un Vieira retrouv? ? la place de Pedretti peut apporter assurance et cr?ativit?. Le marseillais doit retrouver son niveau sochalien, et il est tr?s probable que son blocage soit plus psychologique que technique: il explosera lorsqu’ il deviendra un leader, ? l’OM et en bleu.
Une mention sp?ciale ? Dhorasoo qui est l’acc?l?rateur de particules, l’?me de cette ?quipe. On sourit quand on le cherche sur l’?cran durant la Marseillaise, coinc? sous les aisselles de ses co?quipiers, puis notre sourire se fait plus large quand il acc?l?re en laissant sur place son adversaire. Une preuve que le football moderne reste un sport o? tous les types de physique peuvent exceller. Il devrait nous r?galer encore plus, avec du temps de jeu en club. Au PSG?

Les milieux offensifs lyonnais ont semble-t-il souffert de leur baisse de r?gime post-titre: Malouda a eu des imperfections au niveau du contr?le de balle, qui est pourtant son point fort, et Wiltord a ?t? un peu brouillon. Il a ?galement vendang? un caviar de Dhorasoo apr?s la mi-temps. Mais son entrain et sa motivation sans limites en font un capitaine en puissance. Son pote Govou entr? en fin de match, a fait le m?me style de prestation. Giuly, qui l’a remplac? ? droite, avec un glissement de Sidney au centre de l?attaque, a sembl? moins joyeux, peut-?tre lass? de jouer la roue de secours.

Ciss? est un joueur qui me donne une impression de g?chis: s’il ?toffait encore son jeu collectif et son bagage technique, il deviendrait l’un des tout grand. Mais s’il ne le fait pas de retour d’une blessure qui l’handicape sur ses qualit?s premi?res (vitesse et percussion) quand le fera-t-il? Allez Gibril, joue avec tes copains, en levant la t?te… Le m?me syst?me avec Henry seul en pointe pourrait faire tr?s mal.

Une bonne premi?re heure de jeu, puis le reste plus laborieux : la marque de fabrique de l??quipe de France sous Domenech. Mais ce matche reste le plus enthousiasmant avant les ?ch?ances cruciales de la rentr?e?et Vieira et Henry seront cette fois de la partie.

Le public messin a ?t? chahuteur avec Raymond la science, mais a soutenu les joueurs. Un peu trop de « Pir?s, Pir?s » dans les trav?es de Saint-Symphorien, une bonne fois au d?but aurait suffi, pour ne pas d?stabiliser les joueurs. Et les sifflets (voire plus…) ? l’encontre du s?lectionneur n’avaient pas lieu d’?tre, surtout avec la composition d’?quipe de d?part. Un point n?gatif pour le lorrain que je suis.

 
France | International

trackback uri 1 commentaire

Malheureusement vous ne pouvez pas laisser votre réaction en ce moment.