Giuseppe Meazza, une vie comme un derby

giuseppe-meazza-interL’Inter Milan reçoit ce soir l’AC Milan. Un derby joué, comme de coutume, dans le Stade Giuseppe Meazza. Meazza, idole parmi les idoles de l’Inter, et qui ne vibrait pourtant pas pour cette équipe… mais pour le rival rossonero! Une curiosité qui trouve sa source dans la jeunesse de la légende intériste.

Né à Milan, Peppino Meazza n’a d’yeux que pour l’AC Milan. Jusqu’à ses 13 ans, année où, le jugeant trop fluet, le club lui ferme la porte de l’entraînement. Voila comment, désespéré, il est accueilli à bras ouverts par les rivaux de l’Inter. Avec à son arrivée un régime de plusieurs mois à base de viande rouge afin d’augmenter sa masse musculaire.

A son arrivée, le jeune Meazza est placé par son premier entraîneur en défense centrale, par manque de joueurs à ce poste. Une erreur qui sera vite rectifiée par la suite, avec son replacement en attaque. Le reste est aujoud’hui entré dans l’Histoire. Meazza marque deux buts dès son premier match en Série A, dans le stade San Siro. 29 autres suivront dans la saison, et son record de 31 buts dans une première saison en Série A (en 1929-30) tient toujours.

Giuseppe Meazza portera 13 saisons le maillot nerazzuro de l’Ambrosiana-Inter – le nom du club sous le régime mussolinien. Avant de, enfin, réaliser son rêve d’enfant, jouer pour le Milan AC, à 30 ans. Et de pleurer dans les vestiaires avant d’entrer sur le terrain pour son premier derby milanais sous le maillot rouge et noir. Ce qui ne l’empêchera pas de marquer le but égalisateur pour son équipe, dans ce match terminé sur le score de 2-2.

L’aventure de Meazza sous les couleurs du Milan dure deux ans. Il part ensuite pour la Juventus, Varese et l’Atalanta Bergame, avant de revenir à 36 ans à l’Inter, en tant qu’entraîneur-joueur. Ce qui lui premettra de terminer sa carrière comme il l’avait débutée: avec deux buts lors de son dernier match à San Siro.

En plus de 100 ans de rivalité exacerbée, l’Inter et le Milan ont trouvé en Giuseppe Meazza, Intériste qui vibrait pour l’AC, un joueur unique capable de les rapprocher. Une bonne raison pour la ville de Milan de renommer le Stade San Siro du nom de l’enfant du pays.

 
Histoire | Italie

trackback uri 1 commentaire

Un petit peut la même que mancini quoi ?

par Bisso, 02.02.2010 à 14h18   | Citer