Roumanie 15-16: etapa 8

Après une petite coupure de quelques jours pour cause de vraie vie, nous revoilà avec une nouvelle journée de Liga 1. Avec une foule de choses à dire!

Jeudi soir, L’Astra et le Steaua étaient sur le pont en Europa League. Après un début de match particulièrement mauvais, l’Astra est menée 0-2 à la maison par l’AZ Alkmaar. La réaction se fait à la demi-heure de jeu, pour une victoire finale 3-2, qui aurait pu être encore plus large tant les joueurs de Sumudică ont roulé sur leurs adversaires dans ce match. Fidèle à ses habitudes, l’Astra réalise un nouveau gros coup dans cette compétition. Quelques minutes plus tard, c’est au tour du Steaua d’entrer en jeu, face à Rosenborg. Pour ce qui sera au final un nouveau cauchemar…

La première mi-temps n’est pourtant pas mauvaise. Face à des Norvégiens venus défendre un match nul 0-0, les Bucarestois dominent, attaquent, mais pèchent dans le dernier geste. A la pause, Rosenborg suit son plan sans accroc mais les espoirs restent permis pour le Steaua. La seconde période les douchera rapidement. A l’heure de jeu, les Norvégiens, qui s’appuient sur la vitesse de leurs ailiers, partent en contre-attaque et marquent un premier but. Moins de cinq minutes plus tard, Chipciu touche le poteau. Sur le contre qui suit, Helland dépose Guilherme sur un crochet et met le ballon hors de portée de Cojocaru. Avec deux buts en cinq minutes, Rosenborg assure sa qualification. Le Steaua pousse mais il était écrit que rien ne rentrerait ce soir-là. Et au bout d’interminable arrêts de jeu, Cojocaru, complètement abandonné par sa défense, repousse un tir mais ne peut rien sur la reprise. 0-3 pour Rosenborg, la rigolade peut commencer.

Gigi Becali entre alors en scène. Parti du stade vingt bonnes minutes avant le coup de sifflet final, le patron du FCSB assure que Rădoi restera en poste, mais promet le pire pour ses joueurs. Les principales cibles sont Grégory Tadé et Aymen Tahar, que Becali peut tout simplement virer du club sur-le-champ. Pour les autres, il promet une réduction de salaire de 50%, qui doit s’appliquer à tous les joueurs et membres du staff. Mais il est pris de court. Le lendemain matin, Mirel Rădoi est à l’entraînement pour annoncer à ses joueurs qu’il quittait son poste. Becali tente bien de le joindre, mais le technicien a pris soin d’éteindre son téléphone! Les choses « s’arrangent » finalement plus tard dans la journée, un peu comme on pouvait s’y attendre. Après s’être rencontrés, les deux hommes annoncent que Rădoi reste en poste, au moins jusqu’au retour en Norvège jeudi prochain, le temps que le club puisse trouver une solution de secours. Mais Becali est tellement accroché à son poulain qu’il est peu probable qu’il le limoge, même en cas d’élimination. Le manque à gagner est en tout cas énorme pour le club avec cette sortie prématurée des coupes européennes.

Quelques statistiques font en tout cas frémir. Avec un Becali libre, le Steaua a utilisé 17 entraîneurs et remporté trois titres et deux coupes en 10 ans, tandis qu’il a eu deux entraîneurs mais deux titres et trois coupes durant ses deux années d’emprisonnement… Quant à Rădoi, ses résultats sont désastreux, puisqu’il n’a toujours gagné aucun match à domicile en tant qu’entraîneur du club bucarestois, avec un total de trois victoires contre cinq nuls et cinq défaites. Voila neuf matchs que le FCSB n’a plus connu la victoire. Le bouillant déplacement à Craiova de ce week-end ne sera pas le meilleur endroit pour y parvenir.

Târgu Mureş 2:1 FC Voluntari R. Costa (9′, 59′) / Pancu (4′)
FC Viitorul 4:0 Poli Timişoara Aganovic (5′), I. Hagi (22′), Fl. Tănase (45′), Nicoliţă (68′)
FC Botoşani 0:2 Pandurii Târgu Jiu Hora (36′), M. Roman (95′)
Dinamo 2:0 Petrolul Ploieşti Essombé (19′), Gnohéré (73′)
CS U Craiova 1:2 Steaua Vătăjelu (pen. 39′) / Stanciu (18′), Tadé (pen. 85′)
Astra Giurgiu 4:1 CSMS Iaşi Budescu (7′, 55′), D. Florea (42′), De Amorim (50′)
Concordia Chiajna 2:1 CFR Cluj Cristescu (19′, 89′) / Beleck (74′)
 
Roumanie

trackback uri 7 commentaires

Târgu Mures 2-1 Voluntari

Après un nul 1-1 sur le terrain du Steaua Bucarest, Târgu Mures continue de surprendre son monde en s’imposant de nouveau. Certes, c’est face au modeste promu Voluntari, mais ce sont de bons points de pris. Surtout vu le début de match, avec l’ouverture rapide du score du vétéran Daniel Pancu, sorti de sa retraite pour donner un coup de main à Voluntari. L’ex-rapidist profite de l’erreur de jugement de Florin Bejan pour aller tromper Stancioiu et marquer un but plutôt facile. Voluntari mène donc, mais cet avantage ne dure que trois minutes, le temps pour l’ASA de prendre les choses en main. Sur un long centre de Brandan, Ramiro Costa profite de la remise de Hanca pour marquer seul face au but. Premier but sous ses nouvelles couleurs pour l’Italo-argentin arrivé ce mois-ci du Chili.

La suite est sensiblement habituelle pour Voluntari, qui subit le jeu et ne se montre que trop rarement (et légèrement) dangereux. L’ASA peut en profiter avant la pause, mais Costa, seul face au gardien, rate le cadre sur sa reprise de la tête. Il ne le manque pas à l’heure de jeu, sur un tir du gauche de l’entrée de la surface, que la défense toujours trop passive de Voluntari lui laisse largement le temps d’armer. Avec ce doublé, Costa fête de belle manière ses 23 ans! Il ne se passe plus grand chose en fin de match, si ce n’est l’expulsion de Bejan et Koné après une altercation entre les deux hommes. Au final, c’est donc une bonne victoire pour l’ASA, après 4 matchs sans succès. De quoi retrouver le moral, même s’il y a encore des progrès à faire dans le jeu pour mieux figurer contre de plus grosses équipes.

Viitorul 4-0 Poli Timisoara

Comme prévu, le Viitorul s’est imposé dans ce match entre deux équipes parmi les plus joueuses du championnat. Trop faible défensivement, le Poli a subit la loi d’un Viitorul en pleine bourre, puisque les hommes de Hagi s’offrent ici une 4e victoire consécutive, qui leur permet de revenir provisoirement en première place au classement en restant invaincu cette saison! Le Viitorul est pour le moment la meilleure attaque de Liga 1, avec 17 buts en 8 matchs, tout en gardant (c’est son habituel talon d’Achille) une défense assez friable, avec 9 buts encaissés.

La différence est faite dès la 4e minute. Sur un joli numéro personnel, Aganovic marque d’un sublime tir en pivot. Bien enroulé, il ne laisse aucune chance à Kirschtein et finit dans le petit filet. Un très beau but qui lance la soirée du Viitorul. Une minute plus tard, le Poli a une belle opportunité d’égaliser, mais Cânu bute sur Râmniceanu (qui remplace avec succès Buzbuchi dans la cage depuis trois semaines) alors que la défense du Viitorul peine à dégager le ballon.

Le Poli a raté sa chance d’exister dans ce match. Le Viitorul ne rate pas celle de prendre le large. A la 20e, Ianis Hagi, toujours capitaine de son équipe à 16 ans, voit son tir détourné par le pauvre Cânu lober le gardien du Poli et mourir au fond des filets. Toujours privé de Florin Cernat (blessé), le Viitorul joue fort bien devant et se met à l’abri. LEs occasions se suivent ensuite, et le Viitorul marque un 3e but juste avant la mi-temps. Sur un long centre de Ciupe, Florin Tanase, seul au 2e poteau, envoie deux défenseurs adverses dans les tribunes sur un crochet et marque dans le petit filet opposé. Une très belle finition!

Au retour des vestiaires, Hagi profite de cet avantage pour sortir son fils Ianis, remplacé par Banel Nicolita. C’est le Poli qui démarre le mieux cette reprise. Sur une mauvaise passe en retrait de Bogdan Mitrea, l’ailier Cristian Barbut, très rapide, devance Râmniceanu mais rate le but vide. Fébrile, la défense du Viitorul offre quelques minutes plus tard une bonne situation à Elek, dont le tir est capté sans souci par le gardien Râmniceanu. Les locaux se reprennent ensuite. Sur une contre-attaque, Nicolita fait de tout à la défense du Poli: accélération, grand pont sur Cânu, crochet intérieur sur Luchin puis une-deux avec Achim, qui lui offre un but à la limite du hors-jeu.

La belle victoire du Viitorul fait une victime: Dan Alexa, souhaitant « créer un choc » chez les joueurs, démissionne de son poste d’entraîneur du Poli. Triste et rapide fin pour lui dans le Banat, alors qu’il a été le principal artisan de la remontée du club. D’une équipe ultra-défensive, le Poli est devenu joueur avec lui, mais malheureusement pas au niveau défensivement. Malgré le jeu agréable à voir (sauf hier soir), Alexa part avec un bilan négatif de 1V, 2N et 5D dans ce début de saison. Les arrivées tardives de joueurs comme Zicu ou Curtean n’ont pas encore porté leurs fruits. Peut-être aurait-il fallu plus de temps. Mais avec lui, Barbut a beaucoup progressé et Robert Elek trouvé enfin le niveau pour évoluer en L1. Alexa est le 2e entraîneur à quitter son poste cette saison, après Bogdan Vintila, débarqué du FC Voluntari la semaine dernière. C’est peu, surtout en comparaison de la saison dernière!

par PJ, 22.08.2015 à 13h36   | Citer

Botosani 0-2 Pandurii

Match important pour ces deux équipes en manque de points. Eliminé d’Europa League, Botosani est en difficultés, avec une seule victoire depuis le début de la saison. C’est à peine mieux en face, avec deux victoires et trois nuls pour les Pandurii. Les deux équipes sont donc pour le moment loin de leur objectif, qui est une place en play-offs.

Signe de l’inquiétude de ces deux équipes, le début de match est très brouillon. Il y a bien une ou deux occasions de chaque côté dans les toutes premières minutes, mais le jeu se tasse ensuite. Trop de déchet technique, trop de passes ratées, personne ne parvient à être réellement dangereux. Jusqu’à la demi-heure de jeu, où les Pandurii prennent peu à peu l’ascendant. En jouant vite avec Ciucur et Hora sur les ailes, les Pandurii débordent systématiquement la défense de Botosani, trop lente et fixée sur le marquage de Wellington dans l’axe. Les visiteurs sont nettement supérieurs sont logiquement récompensés. Sur un joli numéro en solo de Ciucur, qui éliminé deux défenseurs, Hora est à la réception du centre et marque de près. Les Pandurii sont mêê tout près de doubler la mise avant la mi-temps, mais Iliev sauve les siens, comme Stanca l’avait fait pour les visiteurs en début de match.

La domination s’inverse un peu en seconde période. Botosani revient avec de meilleures intentions, et les Pandurii ont beaucoup moins le ballon. Mais le fait principal est surtout la blessure de Florin Acsinte. Sur une intervention légèrement en retard, Mrzljak marche sur la cheville du capitaine de Botosani, qui s’écroule et hurle de douleur. La blessure est grave, et Dan Roman, qui sort d’une double fracture tibia-péroné, s’en rend compte immédiatement. Evacué par ambulance à l’hôpital, Acsinte pourrait manquer un moment à son équipe, même si aucune information n’a encore été dévoilée sur sa blessure. Mrzljak est lui seulement averti par l’arbitre, M. Dima! C’est Edi Iordanescu qui le fait remplacer dès la reprise du jeu, afin d’éviter une possible expulsion. Certainement destabilisé par son erreur de jugement, l’arbitre refuse quelques minutes plus tard un penalty aux Pandurii et donne même un carton jaune à Mihai Roman pour simulation alors que celui-ci est nettement accroché par derrière dans la surface. Une très belle tentative de compensation.

Si l’arbitre est déstabilisé, les joueurs de Botosani le sont moins et continuent de tenter leur chance, face à des Pandurii regroupés dans leurs 20 mètres. Ces derniers cherchent à conserver leur but d’avance, en jouant en contre-attaque. Et c’est sur l’une d’elles que Mihai Roman, peu en réussite ces dernières semaines, marque enfin. Sur une passe de Fülöp contrée, Roman part seul et bat Iliev, dans la dernière minute du temps additionnel. Au final, c’est une excellente victoire pour les Pandurii, sur le terrain d’un adversaire direct.

Côté Botosani, les play-offs s’éloignent. Entraîneur à la plus grande longévité en Liga 1 parmi tous ceux actuellement en place, Leo Grozavu pense à démissionner. Mais, et c’est une excellente chose pour ce club habitué à la stabilité, il est publiquement soutenu par son président Iftime: « Je dirai à mes joueurs de jouer avec passion, sans penser à la victoire ou aux points. Combien de matchs peut-on encore perdre? Nous jouons un football merdique, nous avons peur. Mais je ne changerai pas d’entraîneur, je suis derrière lui. J’ai dit aux garçons que nous trouverons deux équipes plus mauvaises qui descendront. Il ne faut pas s’inquiéter pour ça. » Des paroles sages qui sont bien trop rares dans ce championnat.

Le second match du jour était plus attendu, mais également plus prévisible, entre un Dinamo en pleine confiance et un Petrolul à la peine en ce début de saison.

Côté Dinamo, on note l’absence de Vali Lazar sur l’aile droite. Le club souhaite en effet l’échanger contre Martinus Quenten, de Botosani. Lazar refusant de quitter le club, ses dirigeants l’ont tout simplement exclu du groupe jusqu’à ce qu’il accepte de rejoindre la Moldavie roumaine. Classe. C’est donc Gavrila qui est titularisé sur le flanc droit de l’attaque bucarestoise pour ce match. A la pointe de l’attaque, Eddy-Harlem Gnohéré est remplacé par le Camérounais Marcel Essombé, arrivé cette semaine en provenance de l’US Créteil, où il était en fin de contrat.

Et comme Gnohéré lors de son premier match, Essombé marque dès sa première apparition en Liga 1! Et face au Petrolul, équipe avec laquelle il avait passé quelques jours de préparation cet été, sans avoir été conservé. Le Dinamo domine cette première période, et le Petrolul peut s’estimer heureux de n’être mené que d’un but à la pause, même s’il aurait pu obtenir un penalty juste après l’ouverture du score pour une main du capitaine Vojnovic dans sa surface.

A la reprise, Tibor Selymes effectue deux changements, en faisant notamment entrer Toto Tamuz à la pointe de l’attaque, mais c’est sans effet. Le Petrolul ne parvient pas à construire. Et comme tout va bien pour le Dinamo, Gnohéré, entré en jeu à la place d’Essombé, marque lui aussi son petit but. La victoire finale ne souffre d’aucune discussion. Le Dinamo rejoint ainsi le Viitorul en tête du championnat. Ce sont les deux dernières équipes invaincues cette saison.

par PJ, 23.08.2015 à 10h29   | Citer

CS U Craiova 1-2 Steaua

Arrêtez tout, le Steaua a gagné un match!!! Une victoire qui plus est méritée, et sur le terrain d’un ennemi historique, dont les supporters attendaient enfin l’occasion de battre le club bucarestois. Oui mais voilà, Craiova n’est pas au mieux en ce début de saison. Avec une seule victoire au compteur, les hommes du duo Sandu-Cârtoi sont loin du niveau qui était le leur la saison dernière.

Après le désastre Rosenborg, le Steaua se présente avec une équipe de départ légèrement remaniée. Dans le but, Nita est titularisé à la place de Cojocaru. Râpa prend la place d’Alcenat à droite de la défense et Varela retrouve la sienne dans l’axe aux côtés de Tosca (Papp n’est même pas sur le banc!). Lucian Filip, le meilleur joueur jeudi soir, est encore titulaire avec Muniru en récupération, Breeveld et Neagu restant sur le banc, tandis que Tahar n’est pas dans le groupe. Autre écarté, Hamroun n’a pas fait le déplacement. Il est remplacé dans l’axe par Nicolae Stanciu, qui a Chipciu à sa gauche et Adi Popa à droite, leurs places habituelles. Gabi Iancu et le jeune Enceanu sont sur le banc. Et en pointe, Tudorie prend la place de Grégory Tadé, qui est quand même remplaçant.

Craiova se procure rapidement une belle occasion, avec un tir de Zlatinski qui frôle le poteau de Nita. Les Oltènes ont les meilleures positions dans ce début de match, mais vont se faire surprendre. Sur un centre de Guilherme, Nicolae Stanciu marque d’une tête décroisée absolument imparable. Deux minutes plus tard, le même Stanciu voit son coup-franc passer juste au-dessus de la transversale. L’occasion de faire le break est ratée, et le Steaua va s’en vouloir. Cinq minutes avant la mi-temps, le pauvre Alex Chipciu, toujours aussi perdu, se fait balader par le jeune Andrei Ivan (18 ans!) dans la surface. Le tir de l’international espoir est repoussé par Nita mais lui revient dans les pieds. Et Chipciu, voulant dégager le ballon, le descend d’un grand coup de tatane. Le penalty est logique, et c’est l’arrière gauche Bogdan Vatajelu, un autre espoir du foot roumain, qui le transforme.

La mi-temps n’est pas encore atteinte que Chipciu a une nouvelle occasion de montrer toute l’étendue de sa malchance, avec une reprise de volée qui heurte la barre transversale à la réception d’un centre de Stanciu! Malgré la quart d’heure de pause, la domination des Bucarestois ne s’interrompt alors pas. Au retour des vestiaires, Craiova n’a plus une occasion de but alors qu’en face, le Steaua passe plusieurs fois près du 2e but, notamment sous l’impulsion d’une excellent Filip, et de l’entrée d’un Grégory Tadé revanchard après les déclarations de Gigi à son encontre.

La récompense de cette domination intervient à cinq petites minutes du terme. Sur une action un peu brouillonne, Enceanu (à peine entré en jeu à la place de Stanciu) est descendu par Dumitras dans la surface. Même si les Oltènes ne le voient pas de cet oeil, le penalty est indiscutable. Grégory Tadé s’avance pour le tirer. Dans le collimateur de Gigi, c’est une décision qui peut coûter cher. Il faut énormément de courage, d’abnégation et de confiance en soi pour oser faire face à ce quitte ou double. Mais du courage, Grégory Tadé n’en manque pas dans ce moment fatidique. Et c’est sans trembler qu’il prend Balgradean à contre-pied. Et c’est en se bouchant les oreilles qu’il répond aux critiques de son président. Une sacré revanche!

LE Steaua mène 2-1, mais rien n’est acquis. Dans la dernière minute du temps réglementaire, Baluta reprend bien un centre venu de la gauche, mais Florin Nita réalise une très belle envolée pour capter le ballon. Un arrêt décisif qui lui assure certainement une place de titulaire dans les semaines qui viennent! Un arrêt qui offre la victoire aux siens. Une victoire qui met bien des sourires sur les visages de joueurs et membres du staff bucarestois. Une joie démonstrative qui montre combien le club attendait enfin le succès.

Astra Giurgiu 4-1 Iasi

Sixième victoire consécutive pour l’Astra! Un succès qui ne souffre aucune discussion tant la domination des joueurs de Sumudica a été totale dans cette partie. Constantin Budescu marque rapidement son 5e but de la saison, devenant le meilleur buteur de Liga 1. L’Astra montre ensuite qu’elle retient les leçons de ses échecs. Contrairement à d’autres matchs, l’Astra ne baisse pas de rythme après avoir marqué, ce qui lui avait notamment valu le nul contre le Viitorul ou quelques frayeurs contre le Poli. Là, la première période est largement dominée, et un deuxième but arrive avant la mi-temps. A la pause, Iasi est mené 2-0, mais le score aurait pu être nettement plus lourd au vu du nombre d’occasions franches que l’Astra a pu avoir.

Le match reprend sur les mêmes bases. L’Astra se balade et marque rapidement deux nouveaux buts, notamment un magnifique de William De Amorim. Budescu s’offre lui un doublé. En fin de rencontre, les visiteurs réduisent la marque, mais cela reste anecdotique.

Le match est surtout l’occasion de parler un peu de la situation de Constantin Budescu. Meilleur marqueur de l’Astra, locomotive de son équipe en championnat comme en Europa League, le n°10 n’est pourtant pas dans les petits papiers du sélectionneur national Anghel Iordanescu. « Il n’a rien à faire en équipe nationale » a commenté ce dernier. Une décision incompréhensible au premier abord, un peu plus si l’on se souvient que celui-ci, comme Piturca, a déjà ignoré d’excellents joueurs, à l’instar d’un Sânmartean par exemple. Le mois prochain, la Roumanie va donc tenter d’accrocher face à la Grèce une place pour l’Euro 2016 sans le meilleur joueur de son championnat, ni (apparemment) Cernat (certes blessé) ni Florin Tanase, excellent ces derniers temps. Il vaut apparemment mieux jouer en Chine ou dans le Golfe plutôt qu’en Roumanie…

par PJ, 24.08.2015 à 11h21   | Citer

Il serait impensable de se passer de Budescu, ( ça l’était déjà l’an passé ) Certes il parait un peu nonchalant, mais il fait merveille sur coup de pied arrêté, et personne d’autre que lui en sélection ne peut réaliser ce qu’il fait ( mis à part Sanmartean )
S’il n’est pas convoqué, ça prouvera une fois pour toute que les intérêts personnels passent avant toute chose ( pour les agents style Becali par exemple ). Budescu est sans problème titulaire en sélection au vu du bon sens, Sanmartean mérite toujours sa place lui aussi même s’il joue dans le golfe, Florin Tanase mérite sa sélection lui aussi, Cernat tout pareil ( blessé malheureusement )
La Grèce ne va à mon avis pas se faire malmener aussi longtemps et je crains un revers 1-0 tout pourri, surtout que le déplacement en Hongrie ne sera pas aisé lui non plus.

par Sancho90, 24.08.2015 à 14h14   | Citer

Si Iordanescu veut jouer la défense et le contre sur ces deux matchs, ce n’est effectivement pas le joueur qu’il lui faut tant il marche sur un terrain. Mais je ne crois pas que ce soit la meilleure option disponible.

MAIS gsp parle aujourd’hui d’un possible changement d’avis du sélectionneur après la match d’hier face à Iasi. Les critiques qui se sont élevées ont peut-être joué également. On pourrait peut-être voir Budescu dans le groupe. De là à ce qu’il joue…
Par contre, Marica, qui est préselectionné, vient de résilier avec Konyaspor et cherche un club. Une place se libère-t-elle?

par PJ, 24.08.2015 à 20h13   | Citer

Le classement:
1. Astra…………..17 pts
2. FC Viitorul…………..16
3. Dinamo…………..16
4. Târgu Mures…………..13
5. Steaua…………..13
6. Pandurii…………..12
——————————————- Play-offs
7. Iasi…………..11
8. Concordia Chiajna…………..8
9. CFR Cluj…………..6 (6 pts de pénalité)
10. CS U Craiova…………..6
11. FC Botosani…………..6
12. Poli Timisoara…………..5
13. FC Voluntari…………..4
14. Petrolul…………..1 (6 pts de pénalité)

Plusieurs matchs intéressants la semaine prochaine:
CSMS Iasi – Târgu Mures
Pandurii – Dinamo
Petrolul Ploiesti – Astra Giurgiu
et Steaua – Viitorul

par PJ, 25.08.2015 à 10h31   | Citer

Jouer le contre contre la Grèce.. Voilà qui annoncerait une sacrée purge, un match nul contre eux me contenterai ceci dit, une victoire en Hongrie est par contre largement envisageable.
J’espère que Budescu jouera, sauf si Iordanescu compte se servir de lui dans un rôle qui n’est pas le sien.
Pour ce qui est de Marica, j’ai toujours beaucoup apprécié le joueur et l’homme, même sans club c’est lui qui a ouvert la voie contre la Hongrie il y a deux ans, je ne suis pas sûr que la Roumanie puisse vraiment se passer de lui, j’espère simplement qu’il ne s’envolera pas à son tour dans le golf ou en Chine, cela ne m’étonnerait pas.. Le plus dommage reste Bicfalvi, quel gachis de partir en Chine après avoir réussi l’exploit de finir meilleur buteur du championnat Ukrainien, il ne faut pas me faire croire que lui ou même Tanase ne pouvait pas trouver un club dans l’ouest..

par Sancho90, 25.08.2015 à 14h28   | Citer